Blog Palmer International

Un bon entretien vaut mieux que deux tu l’auras

Un bon entretien vaut mieux que deux tu l’auras

Lors d'un premier rendez-vous, l'envie et l'enjeu sont élevés pour les deux parties.

C'est la fin d'un fol espoir ou le début d'une belle histoire.

Il s'agit de créer les conditions optimales d'une rencontre. Et de rester lucide jusqu'au bout.

*****


On n'a pas deux fois l'occasion de faire une première bonne impression

L'entretien n'est pas encore commencé que déjà le candidat que vous recevez est sous le feu de vos projecteurs. Un premier regard, une poignée de main, une certaine façon d'occuper l'espace …son langage corporel vous en dira long sur lui. 93% du jugement passant par le « body language* », et seulement 7% par la parole, vous sentirez immédiatement s'il est stressé ou détendu, à l'aise ou emprunté. C'est pour cela qu'un « Skype », s'il est pratique, vous prive de l'essentiel : le contact.

L'intuition, ça se travaille

Vous avez entre les mains les CV de quatre candidats, présentés par un cabinet ou sélectionné par vos soins. Le métier d'un opérationnel n'est pas de recruter mais il n'a pas le droit de se tromper. Au-delà des grilles d'évaluation qui peuvent vous aider à récolter les informations pour comparer les différents candidats, c'est à votre intuition que vous allez devoir faire confiance.

L'improvisation, ça se prépare

Comme pour toute rencontre, les objectifs que vous vous fixez déterminent les questions que vous poserez. Rien n'est laissé au hasard mais correspond à votre stratégie, liée au poste pour lequel vous recrutez et à votre entreprise, mais aussi à la personnalité du candidat, son parcours et son adéquation à ce poste, identifiables sur son CV.

Si les candidats se bousculent à votre porte, vous pourrez être plus exigeant et sélectif, alors que s'ils sont rares, vous allez devoir être souple et les séduire pour les attirer.

Le meilleur moyen de connaître un candidat, c'est de le mettre à l'aise.

En étant bienveillant, vous allez libérer sa parole et l'inciter à vous faire confiance, à s'exprimer sans pression et de façon plus transparente. Le candidat doit sentir que vous n'êtes pas là pour le juger mais pour l'évaluer, par rapport à vos besoins, mais aussi en fonction de ses motivations profondes, son désir de vous rejoindre et l'évolution de sa carrière.

Rester objectif pour atteindre ses objectifs

Si le candidat vous est envoyé par un cabinet, celui-ci aura tenu compte de votre personnalité en testant sa capacité à répondre à vos attentes.

De votre côté, il n'est pas toujours simple de faire la distinction entre l'adéquation au poste et la sympathie naturelle qu'on éprouve pour un candidat, parce qu'on partage une passion pour le rugby ou qu'on est diplômé de la même école de commerce. Parfois les deux s'opposent et il faut se recentrer sur ce que vous cherchez.

Trop d'entretien tue l'entretien

Les différents entretiens qui vous permettront d'évaluer la pertinence d'une candidature ne doivent pas prendre les allures d'un parcours du combattant. Il donnerait une piètre image de votre entreprise et rallongerait le processus de recrutement. Des entretiens avec le cabinet de recrutement, puis chez vous la structure RH, le manager et le N+2 suffiront. Mais si le marché est tendu, cela peut être plus resserré pour ne perdre le candidat en route.

Quatre rencontres et cinq sens pour un élu. Mais zéro droit à l'erreur.

* selon une étude menée par le professeur Albert Mehrabian de l'Université de Californie.

0
Pouvez-vous trouver vos candidats sur les réseaux ...

Sur le même sujet: