Blog Palmer International

Le plus vieux métier du monde … n’est pas celui que vous croyez !

On ne choisit pas sa famille, mais on choisit son conjoint, ses amis, ses collaborateurs, en fonction de sentiments, d'affinités, d'intérêts … par ressemblance, complémentarité ou toute autre bonne raison qui motive son choix.

L'homme est un animal social, sans cesse confronté à la nécessité de s'entourer en choisissant ceux ou celles qui répondent le mieux à ses besoins, qu'ils soient affectifs, amicaux ou professionnels. C'est pourquoi recruter est plus vieux métier du monde.

L'humain enfin considéré comme une ressource
Longtemps les ressources humaines se sont appelées « administration du personnel », avec pour mission de gérer les payes, les embauches et les départs. Elles étaient souvent dirigées par des personnalités ayant un sens aigu du commandement et de l'organisation, comme on en trouve dans l'armée ou la diplomatie.
Aujourd'hui la fonction s'est enrichie autour de la gestion des compétences : les attirer, les conserver, les faire évoluer.


Le besoin de faire appel à des compétences externes
Le métier de recruteur est assez récent ; il a vu le jour en France dans les années 60, durant les trente glorieuses.
Depuis cette époque, notre métier s'est professionnalisé et il est aujourd'hui exercé par des spécialistes alliant connaissances et expérience. Le constat est simple : un cabinet qui recrute par exemple des directeurs financiers toute l'année sera plus performant qu'une entreprise qui le recrute tous les cinq ans en moyenne.


Des compétences acquises sur le terrain du recrutement
Comme le palais pour l'œnologue, le cerveau est l'outil du recruteur … aiguisé par la lecture de dizaines de milliers de cv, la rencontre de milliers de candidats, la réussite de centaines de missions.
Le métier du recruteur consiste à décrypter la personnalité de chaque candidat, en étudiant, scannant, analysant son comportement, son langage, sa tenue vestimentaire ou sa façon d'évoluer dans l'espace.


Les fondamentaux du recrutement n'ont pas changé
Le recours au numérique a révolutionné la pratique du sourcing grâce à de nouveaux outils – banque de données, réseaux sociaux … – mais il a surtout modifié, souvent à tort, la perception que nos clients ont de notre métier.
Mais de la même façon que les tests confirment le plus souvent nos intuitions et rassurent nos clients, tous ces outils ne représentent que la partie visible de notre métier. Or l'invisible est ailleurs, et c'est de loin le plus important.


La raison d'être d'un cabinet, c'est d'apporter une vraie valeur ajoutée
Vous avez raison : votre futur collaborateur est sur LinkedIn, oui mais il est entouré de cinq cents autres postulants parmi lesquels il faut le trouver. Quels que soient les nouveaux outils que nous utilisons et qui facilitent nos recherches en matière de sourcing, notre métier est d'envisager et d'identifier toutes les candidatures pour sélectionner une short-list des quatre personnes les plus adaptées à vos besoins afin de vous permettre de les comparer et faciliter votre choix final.


Voilà ce qui fait que le plus vieux métier du monde est aussi l'un des plus mystérieux. Il relève de l'alchimie, de l'instinct, de l'expérience tout en obéissant à une éthique et des règles précises. Chaque nouveau candidat que vous recrutez avec nous est le résultat de cette forte valeur ajoutée.
0
Téléchercher du travail
La parabole du side-car

L'utilisation de ce site implique l'utilisation de cookies nécessaires à son bon fonctionnement. Ils sont stockés 60 jours.